Un décor de carte postale

Edifié au nom du courage et de la foi, en haut d’une falaise dominant les gorges de l’Azlou, ce village égrène ses maisons médiévales, ses sanctuaires semi-troglodytiques dans un décor de carte postale. Une carte postale oui mais pleine de charme, de charisme et de spiritualité.

Haut lieu de pélerinage

Rocamadour est avant tout un haut lieu de pèlerinage. Dès le 12ème siècle, elle attire souverains et saints de toute l’Europe. Le succès grandissant, la petite cité se couvre peu à peu d’édifices religieux et de fortification. Au 15ème siècle, les pèlerinages passant de mode, Rocamadour s’assoupit doucement. Il faudra attendre 1858 pour que débutent d’importants travaux de restauration des sanctuaires. Le style néo-gothique troubadour est alors en vogue et imprime de son sceau le village.

A ne pas rater

  • Le parvis des sanctuaires avec la basilique Saint Sauveur, l’église Saint-Amadour, la chapelle Notre-Dame renfermant une statue de la Vierge Noire en bois et la chapelle Saint-Michel.
  • L’Hospitalet, le belvédère d’où l’on a la plus belle vue sur le village.
  • La rue piétonne, l’unique rue commerçante de Rocamadour. Entre deux boutiques, on remarquera les belles maisons qui la jalonnent. La maison Hugon (XIII – XVIIème s), la maison de l’Ecu, la maison de la Caretta (XIVème s), l’hôtel de ville et les tapisseries Lurçat.

A voir, c'est ici