Festival Ciné Délices 2017 : Au Revoir là-Haut

Festival ,  Cinéma ,  Culturelle à Cahors
  • Ciné+, Créateur du Festival Cinédélices

    Créée au début des années 80 à Cahors, l’Association Ciné+, en relation avec les Cinémas de la ville, apporte un soutien régulier à la diffusion du cinéma d’art et essai et à la découverte de nouveaux auteurs, avec un objectif clairement affiché : faire connaître la création cinématographique dans tous ses états au public le plus large. Sur un territoire qui cultive un goût pour le bien-vivre, Ciné+ a créé en octobre 2012 le Festival Cinédélices et en est la structure porteuse, aux côtés des Cinémas de Cahors.

    L'hédonisme du spectateur trouve d'abord sa source dans les films, et donc une programmation. N'est-ce pas ce que Ciné+, en tant qu'association de cinéphiles, recherchait dès sa création ? Nous faisons là le pari de laisser ouvert au plus grand l'éventail des thèmes hédonistes – le sexe, la table, la satire - qui sont notre miroir : nous regardons le cinéma et le cinéma nous regarde…





    1918, début novembre. La rumeur est insistante : bientôt la fin de la guerre. Ce serait tellement bête d'y rester maintenant. Mais rien ne se perd : l'infortune d'Albert et Edouard fera la fortune du Lieutenant d'Aulnay-Pradelle, bientôt Capitaine. Rien ne vaut le sacrifice ! et jusqu'au bout, même pour une gloriole opportuniste et cupide. 1919. Tandis que le Capitaine fait son beurre des dépouilles de la patrie, Albert et Edouard découvrent qu'avoir survécu ne garantit pas de vivre, qu'une peur peut remplacer une peur, celle de vivre, celle de mourir. On est dans La Mort des pauvres, de Baudelaire : « C'est la mort qui console, hélas ! Et qui fait vivre ; […] // Et nous donne le cœur de marcher jusqu'au soir ; » C'est l'impasse. Puis soudain, la lumière ! Une arnaque géniale, énorme, salvatrice… le bout du tunnel ?

    Il y avait peu d'occasion de se fendre la gueule, durant la première guerre mondiale, à moins bien sûr de croiser un éclat d'obus. Pourtant ici, la problématique du rire est omniprésente. « Comment ferait Édouard le jour où il voudrait se marrer ? » s'interroge Albert, dans le roman. Le rire est d'abord une reconquête – celle de la vie - puis une arme, la lame acérée d'une satire impitoyable qui,au moyen de l'arnaque, dénonce une réalité bien plus immorale et sordide que l'arnaque n'est cynique. Sûrement Dupontel s'est-il reconnu dans cet humour grinçant. Peut-être la coïncidence des prénoms – Albert est le prénom d'un nom de scène – a-t-elle aussi fait lien entre personne et personnage. En tout cas, l'adaptation du livre homonyme de Pierre Lemaitre ne pouvait échapper au maître de l'humour vache.
  • Documentation
  • Tarifs
  • Adulte
    7 €
  • Tarif réduit

    • Etudiants, chômeurs, minimas sociaux, -18 ans, Ciné +

    6 €
  • Tarif enfant

    • Enfants moins de 12 ans

    4,50 €
  • Adulte

    • Pass Cinédélices 5 films (valable pour une personne)

    25 €
  • Adulte

    • Pass Cinédélices 10 films (valable pour deux personnes)

    40 €
  • Adulte

    • Pass Festival 14 films (valable pour une personne)

    52,50 €
Déposer un avis

Écrivez votre avis sur Festival Ciné Délices 2017 : Au Revoir Là-Haut :

  • Horrible
  • Mauvais
  • Moyen
  • Très bien
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur Festival Ciné Délices 2017 : Au Revoir Là-Haut, soyez le premier à en laisser un !