Autour de Vers

Cultural ,  Walks and hikes ,  Walking/pedestrian at Vers

3.4 km
Walking/pedestrian
2h
Medium
  • Entre vallée et causse, vous découvrirez un ouvrage surprenant : l'aqueduc romain de Vers.
  • Difference in height
    185.62 m
  • Documentation
    GPX / KML files allow you to export the trail of your hike to your GPS (or other navigation tool)
Points of interest
1 Château des Anglais de Vers
Le « château des anglais » à Vers présente une utilisation particulièrement astucieuse du site naturel. Son accès est ardu et son entrée peu repérable depuis la vallée. Le mur de façade s'élève à l'aplomb de la falaise et vient fermer l'arc de sa forme concave en créant un large volume intérieur de plusieurs étages. Il masque aussi l'entrée d'une grotte, qui permettait d’abriter d’autant mieux les villageois en cas d’invasion. Probablement à l'origine des villages actuels, les châteaux des anglais construits en hauteur sur les falaises étaient des refuges fortifiés destinés à accueillir et protéger la population en cas d'attaque. Tous les sites ont été aménagés avant le 14e s, puis réutilisés pendant la guerre de Cent Ans. Le terme "châteaux des Anglais" ne reflète donc pas leur origine historique, mais plutôt l'importance de la guerre de Cent Ans dans les traditions populaires.
2 Grotte des contrebandiers
L’accès à la grotte se fait par un petit sentier, à mi-chemin d'une montée abrupte. La grotte des contrebandiers tire son nom des petits trafiquants qui venaient y confectionner des allumettes chimiques à la fin du 19e s. Une loi de 1872 imposait en effet le monopole d'Etat pour la fabrication et la vente de ce produit. Après s'être procuré du soufre et du phosphore, les contrebandiers fendaient de petits blocs de bois tendre qu'ils trempaient dans différentes préparations chimiques. Les allumettes n’étaient détachées du lot préparé qu'au moment de l'utilisation. Bien qu'un peu rustiques, elles étaient réputées de meilleure qualité et moins chères que celles de l’Etat. Mais elles s'enflammaient même trop vite, et le paquet entier pouvait brûler d'un seul coup si le dosage n'était pas bon ! On dit que quelques amoureux de Vers, en tout cas les plus intrépides et les plus romantiques, venaient y rejoindre leurs copines de Lauzes ou de Cabrerets.
3 Point de vue sur la vallée
Surplombant le méandre de Béars, ce  point de vue offre un paysage incomparable et typique du Lot. On y distingue notamment la ripisylve, un cordon de végétation qui borde la rivière de chaque côté. Dans la boucle de Béars, les terrasses alluviales habitées sont largement cultivées et  dominées par un pech coiffé de son castrum qui assurait une surveillance du site à 360°. En arrière-plan, la rivière vient buter contre des falaises calcaires abruptes en haut desquelles s'étendent les causses boisés jusqu'à l'horizon. Ce paysage a subit de grandes transformations depuis le siècle dernier. Le castrum n'est plus qu'une ruine et le pont entre Béars et Vers, a remplacé le bac depuis 1950. L’habitat, qui se concentrait sur les ressauts du relief, afin de se protéger des crues et préserver les terres agricoles, a aujourd’hui tendance à s'étendre. De plus, avec le recul du pastoralisme, la forêt a envahi les causses, encore dénudés il y a 100 ans.​ Comment prédire l'évolution de ce paysage dans un siècle ?
4 Aqueduc romain
Afin d’alimenter les hauts de Cahors en eau potable, les Romains ont construit au 1er siècle après JC un aqueduc de 33 km qui prend sa source dans la vallée du Vers. L’aqueduc s’observe facilement ici quand il franchit, à flanc de rocher, les falaises surplombant le Vers. La construction de l’aqueduc fut une œuvre colossale. L’ouvrage prend sa source à une quinzaine de kilomètres en amont du village de Vers et rejoint l’arc de Diane à Cahors, 33 km plus loin avec une pente moyenne de 1 mm par mètre. Une voute protégeait l’eau des différentes sortes de souillures. Il est parfois enterré pour enjamber les pentes raides, ou en encorbellement pour contourner les falaises.  Il franchissait même certaines vallées au moyen de ponts monumentaux aujourd'hui disparus, comme à Laroque-des-arcs.
5 Grangette semi-troglodyte
Au pied de la falaise apparaissent les restes d’une d’une grange-étable qui permettait au paysan de loger quelques brebis. Il s'agit d'un bâtiment semi-troglodytique car l'arrière du bâtiment est constitué par la falaise naturellement voutée à cet endroit. Vous pouvez pousser la porte de la grangette pour entrevoir l’intérieur du bâtiment. La falaise n'est pas creusée, mais le surplomb de la paroi a été utilisé pour offrir un abri à la construction. Des encoches dans le rocher témoignent d'un plancher à l'étage qui servait de grenier à foin. Les bâtiments situés entre cette grangette et le moulin, visible plus loin, appartenaient au même paysan-meunier.
6 Moulin de Corrèze
Ce bâtiment était la maison d’habitation du meunier, distincte du moulin. En contre-bas, entouré de buis, ce dernier est alimenté par une retenue d'eau. Les meules et la sortie de l'eau du moulin sont encore visibles. Certaines espèces de mousses ont la propriété de précipiter le calcaire dissous dans l’eau lors de la photosynthèse. Ce dépôt, accentué par les cascades, s'agglomère autour de leurs racines pour se transformer en « pierre » à l’aspect poreux. Ainsi apparait le tuf calcaire qui va multiplier les barrières naturelles le long du Vers.
186 meters of difference in height
  • Start altitude : 133 m
  • End altitude : 133 m
  • Maximum altitude : 241 m
  • Minimum altitude : 133 m
  • Total positive elevation : 186 m
  • Total negative elevation : -186 m
  • Max positive elevation : 49 m
  • Min positive elevation : -60 m