Des Rochers et des Hommes

Cultural ,  Sendero interpretativo ,  Paseos y excursiones ,  A pie a Saint-Sozy

  Ver fotos (14)
7.6 km
A pie
3h
Medio
  • Entre las mesetas calcáreas de Gramat y Martel, un paseo que sorprende por la variedad de los espacios atravesados. La alternancia armoniosa de enebros, llanuras onduladas y acantilados vertiginosos es un verdadero placer para los ojos. ¡Para merecer la vista panorámica del valle, primero tendrá que surcar aldeas y pueblos pintorescos! Cuando bordea las cavidades naturales, este circuito le sumerge en la era prehistórica. Después de la bajada del roc des Monges, llegan las vastas extensiones de hierbas para desentumecerse las piernas. Las mesas de pícnic dispuestas en torno a la laguna lo convierten en un lugar ideal para apreciar la serenidad del río Dordogne.
  • Documentación
    Los archivos GPX / KML le permiten exportar el rastro de su caminata a su GPS (u otra herramienta de navegación)
Puntos de interés
1 Le village de Saint-Sozy
Installé sur une terrasse alluviale à l’abri des crues de la Dordogne, le site de Saint-Sozy est occupé depuis l’époque gallo-romaine où il prend le nom de Floriacum. Le village ancien s’étage sur les pentes en contrebas du « château », vaste demeure en partie du 15e s. qui abrite un temps la mairie, d’où son fronton paré d’une horloge.

La place du village agrémentée de marronniers accueille une fontaine publique et le monument aux morts. Cette place ancienne est le lieu vivant du village. Aujourd’hui disparues, une halle accueillant des marchés et l’église d’origine médiévale y trônent jusqu’à la deuxième moitié du 19e s. L’actuelle église Saint-Barthélémy datant de la fin du 19e s. ponctue la grand’route ouverte récemment et le long de laquelle le village moderne s’éparpille. Elle a remplacé l’ancien chemin qui sinue sur le versant entre les maisons du vieux bourg reliant Souillac à Meyronne.
2 Chemin des Maquisards
Sinuant à l’abri des regards sous les frondaisons, le chemin des maquisards est un sentier raide qui relie la vallée au plateau. Ce chemin était connu des seuls habitants. Son nom date de l’époque de la Seconde Guerre mondiale où il est emprunté par les hommes réfractaires au Service de travail obligatoire et réquisitionnés par les nazies pour travailler en Allemagne.

Durant la Seconde Guerre mondiale, des maquis s’organisent dans le Lot pour lutter contre l’occupant nazie. Les premiers groupes de femmes et d’hommes sont confortés par l'arrivée des réfractaires au STO : cultivateurs, enseignants, ouvriers, cheminots, fonctionnaires... Dans le Lot, chaque groupe improvise des actions visant notamment à gêner la progression des troupes allemandes en sabotant ponts, routes et voies ferrées. Si les opérations sont improvisées, elles gênent terriblement les forces d’occupation, qui se retrouvent en danger ou empêchées en de nombreux lieux.
3 Le point de vue du Roc Coulon
Du Roc Coulon on domine la vallée qui sépare le causse de Martel de celui de Gramat qui ferme l’horizon. La rivière s’écoule entre deux cordons d’arbres ou ripisylve. Ses méandres sont occupés par des noyeraies et des parcelles soignées de maïs, d’asperge ou de tabac. Les bourgs de Saint-Sozy et Meyronne s’installent sur de petits reliefs à distance des eaux fantasques.

Les paysages de la Vallée de la Dordogne suivent une organisation étagée rigoureuse profitant d’un relief hérité de la dernière période glaciaire. De cette époque datent les terrasses alluviales où s’installent villages et hameaux, répondant aux châteaux perchés sur les rebords des falaises. Caractérisé par un parcellaire en lanière, le fond de vallée soumis aux crues est délaissé par l’habitat, seuls des séchoirs à tabac ou des grangettes le ponctuent. En contrepoint des sols maigres des causses, ici les terres riches et irrigables procurent de généreuses récoltes.
4 Eglise de Blanzaguet
Cette église d’origine romane est celle d’un prieuré féminin dépendant de l’abbaye de Brageac dans le Canta. Probablement reconstruite après la guerre de Cent ans, elle est composée d’une nef unique augmentée d’une travée de chœur et d’une abside en hémicycle. Un clocher carré s’élève au-dessus du chœur.

Les bases et les quatre chapiteaux du chœur sont sculptés. On y trouve des motifs de corde, une sirène, un joueur de musique, des hommes nus et un acrobate. La chapelle sud est voûtée sur croisée d'ogives qui retombent sur de savoureux culots sculptés de masques encapuchonnés.
5 Les abris sous roches du Roc des Monges
Les falaises calcaires du Roc des Monges sont percées d’innombrables grottes ou porches rocheux plus ou moins profonds. Certains ont servi d’abri ponctuel ou saisonnier depuis la Préhistoire. Aujourd’hui, ils attirent les randonneurs fascinés par la beauté des cavités et les images mystérieuses qu’elles véhiculent.

Les abris sous roche sont des cavités naturelles que la rivière a mis en évidence en sculptant les falaises au fil du temps. Elles sont dues à l’action de l’eau qui s’infiltre à travers les fissures du calcaire du causse et dissout progressivement la roche. Dégagés par l’érosion, les cavités aujourd’hui asséchées, se déclinent en grottes, arches de pierre et porches rocheux.
Outre leur fonction d’abri pour les chasseurs-cueilleurs des époques préhistoriques, les cavités exercent sur les hommes une fascination ancestrale dont témoignent les grottes ornées du Quercy et du Périgord.

6 Les noyeraies de la Vallée de la Dordogne
Les noyeraies sont partie prenante du paysage de la Vallée de la Dordogne. Autrefois constitués d’arbres de haute-tige, les vergers actuels regroupent des arbres bas dont la plantation est stimulée par l’intégration du territoire à l’AOP noix du Périgord. Associée à des plantations denses, la conduite en demi-tige favorise une fructification précoce.

Le noyer est un arbre emblématique des paysages du Quercy, une espèce exigeante appréciant la chaleur et les sols drainés, frais, profonds et riches. Cultivé pour sa noix dont on tire une huile forte et aromatique. Autrefois, elle brûlait dans les lampes à huile (calel) pour éclairer les maisons. Le brou, enveloppe verte et épaisse de la noix, servait en tannerie comme colorant brun. Aujourd’hui, on consomme la noix fraîche ou sèche, en cuisine ou pâtisserie. Son bois, précieux, est recherché par les ébénistes et sculpteurs pour son grain fin et homogène offrant un beau poli.