Louis Malle

Un très Grand cinéaste...

Le maitre du grand écran séduit par les grands espaces du Lot. .

Cinéaste de renom, Louis Malle débute sa carrière avec le documentaire, notamment avec Le Monde du Silence au côté de Jacques-Yves Cousteau. Son premier long métrage verra le jour en 1957 avec Ascenseur pour l’échafaud. Puis c’est une succession de succès mais aussi de polémique autour de ces films (jugé trop neutre dans l’approche de ces sujets) qui l’oblige à quitter la France et à s’expatrier aux Etat-Unis.

En 1987, il revient en France et c’est la consécration de sa carrière avec Au revoir les enfants.

...une terre lotoise qui l'inspire

En 1996, le cinéaste acquiert sur le causse de Limogne une demeure perdue dans les chênes truffiers près de Lugagnac.

Le silence du causse l’inspire et il tourne 2 films dans le Lot. Le premier en 1973, Lacombe Lucien, l’histoire d’un jeune homme taiseux qui pendant la guerre, se laisse entrainer dans la milice. Des scènes furent tournées à Arcambal et Figeac.
L’hôtel du Viguier du Roy dans Figeac est d’ailleurs le théâtre de plusieurs scènes du film.
L’acteur Pierre Blaize est « du pays », c’était un souhait de Louis Malle, de permettre à travers son personnage principal de retranscrire le « caractère franc de la population lotoise »…

Le second film tourné dans sa maison de Lugagnac en 1975 est Black Moon. C’est un film qui a été tourné en quelques jours seulement et qui est une expérience cinématographique sensorielle. Le Lot l’inspire…  : “Quand vous venez d’ailleurs, vous voyez des choses que ceux qui sont plus familiers avec l’environnement ne remarquent plus.”

A voir ou revoir également, le film tourné par sa fille Justine Malle, Jeunesse, sorti en 2013, qui est un hommage à son père et aux paysages du Causse.
Elle dira lors d’une interview :  « Il aimait profondément ce coin du Lot et les gens qui étaient d’une très grande discrétion à son égard. »

À voir aussi