240822 - Ensemble Correspondances © Jean-Marc Berns (1)

Festival de Rocamadour - Gloria Sveciae Ensemble Correspondances & Lucile Richardot

Festival de Rocamadour, Culturelle, Concert, Festival, Musique sacrée à Rocamadour
À partir de :  15 Tarif plein
  • À l’époque où la France conçoit une politique artistique visant à exporter à partir d’un point central qu’est Versailles, d’autres cours d’Europe conçoivent les choses sous un angle très différent. En Suède, Charles XI entretient à Stockholm une cour où les Arts sont bien sûr à l’honneur. Selon sa volonté, son maître de chapelle, Gustav Düben en fait un lieu de passages et d’échanges d’une richesse considérable. On côtoie ainsi pour quelques semaines ou plusieurs années...
    À l’époque où la France conçoit une politique artistique visant à exporter à partir d’un point central qu’est Versailles, d’autres cours d’Europe conçoivent les choses sous un angle très différent. En Suède, Charles XI entretient à Stockholm une cour où les Arts sont bien sûr à l’honneur. Selon sa volonté, son maître de chapelle, Gustav Düben en fait un lieu de passages et d’échanges d’une richesse considérable. On côtoie ainsi pour quelques semaines ou plusieurs années parmi les artistes résidents à la cour, les meilleurs compositeurs, venant d’abord d’Allemagne mais aussi d’Italie et circulant dans tous les pays de la mer Baltique. Originaires de Dresde, Hambourg, ou Lubeck, parfois venant de Rome ou de Venise, séjournant sous les hospices favorable de la Suède, passant ensuite au Danemark à Copenhague, ces artistes constituent une élite de musiciens voyageurs, se nourrissant d’influences, de langues et de styles.

    Quand Louis XIV cherche à construire un goût français monolithique, à l’image d’une marque moderne, le roi Gustav cherche au contraire la variété, la singularité et le cosmopolitisme. On trouve aujourd’hui les vestiges de cette vie artistique de premier plan dans les archives des collections royales de Suède où figurent de sublimes pages de J.C. Bach, Albrici, Tunder, Ritter, Peranda, Krieger, Pohle. L’allemand, le latin, l’italien mais aussi le suédois chantent les intenses musiques d’artistes qui ont probablement du sentir une liberté, une ouverture et inspiration particulières sous le Soleil du Nord.
    L’alto Lucile Richardot, à la voix surprenante et envoûtante, avec l’Ensemble Correspondances sous la baguette de Sébastien Daucé nous livreront un programme unique et fascinant.

    Distribution
    Ensemble Correspondances Sébastien Daucé
    Lucile Richardot alto
    Programme
    Johann Christoph Bach (1642 – 1703) Ach, daß ich Wassers gnug hätte
    David Pohle (1624 – 1695) Herr, wenn ich dich nur dich habe
    Christian Geist (c. 1650 – 1711) Jesu nostrae, spes salutis
    Christian Geist Es war aber an der Stätte
    Giuseppe Peranda (1626 – 1675) O Jesu mi dulcissime
    Johann Philipp Krieger (1649 – 1725) O Jesu, du mein Leben
    Vincenzo Albrici (1631 – 1696) Cogita, o homo
    Vincenzo Albrici Sive vivimus
    Johann Fischer (c. 1646 – 1716) Das klagende Schweden-Reich
    Sebastian Knüpfer (1633 – 1676) Suite
    Christian Ritter (c. 1645 – c. 1725) Salve mi puerule
    Franz Tunder (1614 – 1667) Streuet mit Palmen
    Franz Tunder Ach Herre, lätt tina helga englar
    Franz Tunder Jubilate et exultate vivat Rex Carolus
    Johann Krieger (1652 – 1735) I frijdh will iag nu fara
  • Tarifs 2024
  • Général
    De 15 € à 80 €
  • Tarif réduit

    • moins de 25 ans, groupes de plus de 10 personnes,PMR et leurs accompagnants

  • Gratuit

    • pour les enfants de moins de 12 ans, contacter la billetterie au 05 82926740

Horaires
Horaires
  • Le 22 août 2024 de 21:00 jusqu'à 22:30
Fiche(s) liée(s)
Fermer