Circle Dance Sous La Luna Performance Chantée, Setu Festival Elliant 2018

La Traversée, Festival De Performances #3

Culturelle, Spectacle à Cajarc

Gratuit
  • Par le biais de la performance, La Traversée associe des moments de découverte par le grand public de la diversité des pratiques et vise à sensibiliser à la multiplicité des perceptions et des imaginaires.

    La Traversée associe des moments de découverte par le grand public de la diversité des pratiques et vise à sensibiliser à la multiplicité des perceptions et des imaginaires, par le biais de cette discipline exigeante de la performance. Une ou des personnes en présence, une incarnation...
    Par le biais de la performance, La Traversée associe des moments de découverte par le grand public de la diversité des pratiques et vise à sensibiliser à la multiplicité des perceptions et des imaginaires.

    La Traversée associe des moments de découverte par le grand public de la diversité des pratiques et vise à sensibiliser à la multiplicité des perceptions et des imaginaires, par le biais de cette discipline exigeante de la performance. Une ou des personnes en présence, une incarnation vive, une présence aiguë où tout se donne souvent dans un temps relativement bref, la performance combine et exige l’adresse au public et l’attention de celui-ci. Sans public pas de performances !
    C’est pourquoi nous avons attendu la réouverture de nos lieux d’art pour programmer à nouveau ce festival deux fois reporté. Venez donc découvrir et soutenir les artistes de ce programme, surprenants, incisifs…
    Ac/Dc Isdat : Sabine Croué, Elisa Groulleau, Charlie Raingeard
    Chacun·e·s des trois jeunes artistes se prêtera à une première publique de lectures performées et/ou de transformation d’espaces où se mêlent toujours des récits de vie chahutés.
    AC/DC est un atelier à l’isdaT activé par Yves Caro, Émilie Pitoiset, Serge Provost et Mireia Sallarès. Il s’agit d’une plate-forme de rencontre qui se propose de mettre en action au sein d’un territoire commun les pratiques suivantes : l’art sonore, la performance, l’écriture, etc. Ces pratiques sont non limitatives car cette plateforme se veut vaste et aventureuse pour aller à la rencontre de son public.

    DJ casse-croûte
    Sa discothèque n’appartient à rien de connu : c’est une énigme et une source intarissable, dénichée dans les brocantes et les vide-greniers, qu’il mixe en une interprétation généreuse, loufoque, obscure. Toujours sur le fil, subtil alternatif, il ne revendique aucun style mais accepterait peut-être le titre d’ambianceur…
    The Georges Tremblay show – Isabelle Fourcade et Serge Provost
    Toujours sur leur 31, Isabelle Fourcade et Serge Provost incarnent dans leurs performances la culture populaire, l’univers de la variété ou la littérature de gare.
    « L’esthétique du George Tremblay Show relève du divertissement. Aucun mépris dans ce terme. À condition naturellement d’entendre aussi ce mot dans son sens de détournement. (…) La théâtralisation fait donc fonction de dérivatif. Nous sommes dans un espace factice, stylisé, quasi mental. La mélancolie y domine, teintée d’un humour pince-sans-rire. »
    Extrait du texte de Arnaud Labelle-Rojoux http://www.dda-aquitaine.org/fr/serge-provost/

    Tatiana Karl Pez
    Rondó des nulles parts
    Poésie de l’instable, libertaire et transmuable.
    Le hors-champ, se dessine avec la voix qui porte le texte lu ou projeté, la cadence du souffle dans un effort. Le son écrit une onde, qui décrit un lieu dans son volume. Ceci est notre base. Au-dedans et parallèle. Il faudra prendre soin du feu.
    Avec des gestes parlés, parfois chantés, je gravite autour d’une certaine idée de la présence.
    Dès lors qu’elles se racontent, les histoires se réécrivent un peu plus à chaque fois. Je veux inventer des lieux précaires avec ou sans espaces. Avec des outils immatériels. Admettre qu’il n’y a pas que des réponses à tout. Qu’il n’y a pas que des solutions. Cette approximation au réel, elle me sauve.
    Et la tentative reste l’endroit où je place ma résistance.
    « Tu dis que tu en as perdu la mémoire, souviens-toi […]
    Tu dis qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce temps, tu dis qu’il n’existe pas.
    Mais souviens-toi. Fais un effort pour te souvenir. Ou, à défaut, invente. »
    Monique Wittig, Les Guérillères
    http://www.itypesupernovae.com/

    Youssef Ouchra
    Informatage
    Dans l‘esprit des happenings, l’artiste invite le public à participer à une expérience qui fait écho au célèbre « % de cerveau humain disponible » du président de TF1 (2004). Youssef engage ses propres limites d’ingestion, de respiration, pour une critique métaphorique de la société d’information et de consommation.
    Chacun pourra mâcher des dragées de chewing-gum distribuées à l’entrée. Lui-même en malaxe jusqu’à saturation, tout en disant un texte… les mots finissant par se perdre à mesure que la pâte gonfle dans sa bouche, bientôt devenue muette. S’en suit une succession d’actions où corps et matière s’animent en des gestes iconoclastes.

    lola Barrett & co
    Draisines
    La scène performative, d’une durée de trois heures environ, se déploie depuis la gare de Cajarc, sur la ligne de chemin de fer abandonnée en direction de Cahors. Le public est accueilli sur les voies devant l’ancienne gare, dans une sorte de reconstitution anachronique mêlant différentes époques, de l’inauguration de la gare en 1870, aux préhistoriques qui arpentaient la région, à leurs rituels tels que nous pouvons les fantasmer, en passant par des éléments cinématographiques empruntés aux westerns, aux films d’époques, aux nanars ou à l’horrifique.
    En savoir plus sur Draisines
    — Samedi 22 mai / 16h – 20h / centre d’art contemporain à Cajarc
    — Dimanche 23 mai / 15h – 19h / à l’ancienne gare de Cajarc
    Entrée libre / tout public
  • Tarifs
  • Gratuit