Voir les photos (2)
J'ai tué Vincent

Projection-Débat : ''J'ai tué Vincent'' et ''La certitude du saumon''

Culturelle, Cinéma, Conférence, Environnement, Famille à Gourdon
  • Projection suivie d’un débat avec le réalisateur
    Au programme deux films, du réalisateur Jean-Luc Blanchet.
    UN COURT MÉTRAGE : J’AI TUÉ VINCENT
    Primé au Cutting room de New York en 2018 ainsi qu’à Montréal, ayant concou- ru à de nombreux festivals américains. Ce film relate les dernières heures du peintre Vincent Van Gogh. Dans le rôle-titre, Cyril Caumont, acteur et musicien résidant à Gourdon, incarne avec puissance et justesse les dernières heures du peintre. Ce film est basé sur une...
    Projection suivie d’un débat avec le réalisateur
    Au programme deux films, du réalisateur Jean-Luc Blanchet.
    UN COURT MÉTRAGE : J’AI TUÉ VINCENT
    Primé au Cutting room de New York en 2018 ainsi qu’à Montréal, ayant concou- ru à de nombreux festivals américains. Ce film relate les dernières heures du peintre Vincent Van Gogh. Dans le rôle-titre, Cyril Caumont, acteur et musicien résidant à Gourdon, incarne avec puissance et justesse les dernières heures du peintre. Ce film est basé sur une enquête approfondie de deux historiens américains remettant en question le thèse couramment admise du suicide.

    UN LONG MÉTRAGE : LA CERTITUDE DU SAUMON
    Un road movie, tourné en grande partie aux environs de Gourdon avec une belle participation de seconds rôles locaux. Et dans l’un des rôles principaux Cyril Caumont dans un registre bien différent du Van Gogh, incarnant cette fois ci un ouvrier métallurgiste au chômage confronté à une reconversion improbable et houleuse qui le mènera vers un destin libérateur et rayonnant. Dans cette comédie une actrice crève l’écran pour la subtilité et l’intensité de son interprétation du personnage de Juliette, une jeune femme en révolte éprise de liberté, il s’agit de Mathilde Gérardeaux. partenaire et compagne dans la vie de Cyril Caumont, Mathilde est aussi sur les planches la complice musicienne de Cyril avec « l’oreille sauvage ».