Sur la véloroute V87 "La Vagabonde"

156 km à vélo et VAE à travers le Lot
Rafaëlle et Flore
©Rafaëlle et Flore
Une grande aventure à vélo

Au printemps, nous avons parcouru « la vagabonde » à vélo et à VAE entre Puybrun et Castelnau-Montratier en passant par Rocamadour et Cahors.
L’aventure nous a pris 2 jours avec une halte à Labastide-Murat.

Testé par Flore et Rafaëlle

1. De Puybrun à Saint-Denis-les-Martel

Les larges plaines de la vallée de la Dordogne

La batterie du VAE de Flore est chargée à bloc, nous sommes impatientes de démarrer en cette matinée printanière ensoleillée !
Un enchaînement de routes étroites, mais plates nous attend pour cette première partie du parcours. C’est une bonne mise en jambe.

A son entrée dans le Lot, la Vagabonde nous offre tout d’abord des paysages très bucoliques et agricoles. Cette première partie emprunte des petites routes sinueuses, au milieu de pâturages et de plantations de noyers. La route est plate, pratiquement sans circulation, mais peu entretenue. Un vélo gravel ou VTC est le bienvenu sur cette portion.
A proximité du parcours, si vous souhaitez prendre le temps de découvrir la région, nous vous conseillons une halte à Carennac, l’un des plus beaux villages de France.

2. De Saint-Denis-lès-Martel à Lacave

Entre rivière et falaises

Cette deuxième portion reste assez plate avec quelques petites côtes et permet de découvrir de très jolis villages et de belles vues sur la rivière.

À partir de Saint-Denis-lès-Martel, nous passons à flanc de falaise et pouvons apercevoir la rivière Dordogne. Nous remarquons plusieurs petites curiosités, cascades, beaux jardins et belles bâtisses le long de cette portion. Nous prenons le temps de nous arrêter pour faire quelques photos.

En haut d’une première côte, nous descendons de vélo pour grimper quelques mettres jusqu’au Belvédère de Copeyre. Ce site nous offre un magnifique panorama sur la Dordogne. Après avoir traversé le village de Gluges, nous longeons la Dordogne sous une impressionnante paroi rocheuse. Une côte sinueuse et étroite se dessine. Après cette côte, nous arrivons au joli village de Creysse et décidons d’y effectuer une petite halte.

Le village est paisible.  Nous nous arrêtons au bord du ruisseau pour photographier l’église et sa curieuse abside double. En sortant de Creysse, nous continuons la route vers Meyronne. Là, nous traversons la Dordogne et son eau limpide un peu trop fraîche pour se baigner en cette saison… Dommage !  Nous poursuivons en rive gauche jusqu’à Lacave. Sur cette portion, le parcours reste plat et assez ombragé. Une halte est possible pour visiter les grottes de Lacave dont l’accès se trouve au cœur du village.

3. De Lacave à Labastide-Murat

Dénivelés et riche patrimoine

A partir de Lacave, l’itinéraire devient plus sportif.  Un enchainement de côtes et de descentes nous attend. Dès la sortie du village, nous devons gravir une longue montée pour atteindre Rocamadour.

À la sortie de Lacave, les choses sérieuses commencent ! Nous empruntons une longue côte qui nous mène sur le causse jusqu’à Rocamadour. Peu ombragée, elle peut être très énergivore en période estivale. La montée est difficile, mais nous sommes motivées par l’idée de découvrir le célèbre village !

Nous arrivons à Rocamadour par les hauteurs de l’Hospitalet. Nous approchons du bord du canyon de l’Alzou et nous découvrons une vue spectaculaire de la cité accrochée à la paroi rocheuse. Il est 12h30, c’est le lieu idéal pour la pause pique-nique.

Si vous souhaitez découvrir Rocamadour en détail, vous pouvez raccourcir l’étape et passer la nuit ici.
> Suggestion pour la nuit : La maison des 4 chemins
Cet hébergement est labellisé Accueil vélo

Nous quittons Rocamadour après avoir traversé le ruisseau de l’Alzou au pied de la cité. C’est à nouveau une longue côte qui nous attend. Elle est plus ombragée que la précédente et offre des vues magnifiques sur le village. On ne s’en lasse pas !
Après cette côte, le profil du parcours reste accidenté ; la route se dessine en « montagne russe » jusqu’à Labastide-Murat. Dans cette succession de montées et de descentes, nous profitons des magnifiques paysages du Parc naturel régional des Causses du Quercy, maillés de murets de pierre sèche et ponctués de jolis villages comme Couzou, Carlucet ou Montfaucon.

> Suggestion pour la nuit : Hôtel La Garissade

 

Nous arrivons à Labastide-Murat, la fin de notre première journée de vélo riche en découvertes ! Nous nous installons à la terrasse d’un café pour revivre les bons moments de la journée.
Notre suggestion pour la nuit : l’hôtel la Garissade au centre du village propose un local fermé pour les vélos.

4. De Labastide-Murat à Vers

La fraîcheur de la vallée du Vers

Notre deuxième journée de vélo démarre par une grande descente ombragée jusqu’à la vallée du Vers. Les pentes sont boisées et la vallée que nous longeons ensuite est fraîche et verdoyante. Cette première partie de vallée ne présente aucune difficulté particulière. Le matin, on peut apercevoir des chevreuils qui sont parfois très proches de cette route peu fréquentée. Plus loin, nous faisons une halte pour découvrir le joli petit village de Saint-Martin-de-Vers.

Ensuite, la véloroute rejoint la D653, une route plus large et plus fréquentée qui demande plus de prudence.

5. De Vers à Cahors

Corniches et navigation

À la sortie de Vers, nous franchissons le pont sur le Lot et empruntons une côte qui permet de bénéficier d’un panorama magnifique sur la vallée du Lot et ses impressionnantes parois rocheuses.

En corniche au-dessus de la rivière, cette côte étroite est splendide, mais demande à rester prudent quant aux voitures qui viendraient à arriver en face (bien qu’elles se fassent rares).

La descente sur Arcambal est légère et progressive sur une route relativement boisée.

Une fois à Arcambal, l’itinéraire propose de s’engager sur un mur qui permet d’éviter une portion de départementale. Attention, c’est une courte côte, mais bien raide.

Pour rejoindre Cahors, une partie s’effectue sur la route départementale. Il s’agit d’une route très fréquentée où l’on doit rester prudent.

6. De Cahors à Labastide-Marnhac

Montée vers le Quercy Blanc

Après avoir longé les berges du Lot jusqu’au sud de la ville de Cahors, nous mettons le cap vers le Quercy Blanc.

Nous profitons de Cahors et du bord du Lot à notre pause déjeuner. Nous décidons de nous poser à l’écluse et au moulin de Coty. C’est un endroit très agréable au bord de l’eau avec une jolie vue sur la vieille ville de Cahors.
Nous reprenons la route en longeant les berges du Lot jusqu’à la sortie de Cahors. Cap au sud pour retrouver des petites routes de campagnes. Les paysages sont déjà là, bien différents de ceux observés au nord de Cahors. Le dénivelé est encore présent. Nombreuses sont les petites côtes. Une côte plus longue, mais à faible pourcentage permet d’atteindre le joli village de Labastide-Marnhac.

Pour info, il y a un point d’eau potable derrière l’église où l’on peut rencontrer des pèlerins en route vers Saint-Jacques de Compostelle. Nous croisons ici le GR65.
À partir d’ici, les chemins deviennent plus blancs et les paysages plus ouverts : nous entrons en Quercy Blanc.

7. De Labastide-Marnhac à Castelnau-Montratier

Une ambiance méridionale

La roche blanche et les grands champs de céréales constituent le décor de cette dernière partie lotoise.

La véloroute reste sur les hauteurs offrant de larges vues dégagées sur le paysage.
Là encore, le dénivelé n’est pas fort, mais toujours présent avec des petites côtes peu ombragées.

En chemin, nous nous arrêtons au lieu-dit Boisse où nous découvrons un joli moulin à vent en parfait état.
Nous sommes dans des paysages ouverts et agricoles avec de grands champs de céréales ou de tournesols. Un lieu idéal pour une petite pause détente !
Nous repartons en direction de Castelnau-Montratier. Cette bastide typique du Quercy Blanc est connue pour son église particulière d’inspiration romano-byzantines.

Nous contournons l’église et empruntons une longue descente sinueuse puis une route plate au milieu des champs de melons du Quercy et de tournesols. Ici s’achève notre belle aventure sur la Vagabonde à travers le Lot. Nous avons traversé du nord au sud des paysages très variés et de grande qualité. De la vallée de la Dordogne au Quercy Blanc, en passant par les causses du quercy et la vallée du Lot, la véloroute nous a offert un aperçu de l’extraordinaire richesse et diversité de ce département le long d’un parcours varié et adapté à la pratique du cyclotourisme. Nous vous conseillons vivement cet itinéraire.

À retenir

Pour des cyclistes confirmés ou des amateurs de vélo équipés de VAE

Un circuit idéal au printemps et à l’automne

156 km et 2000 m de dénivelé

À voir aussi

Fermer